Actualite OCA - Une semaine avec...  
Retour à la liste...
         
 

 

19 mars 2020 - Une semaine avec...

 

La Samaritaine - Jeudi

 

Une semaine avec la Samaritaine

4ème jour, jeudi ...

 

Le 3ème dimanche de carême, lors de la liturgie de la Parole, il nous a été donné de méditer à nouveau le passage de la rencontre entre Jésus et la Samaritaine.

Je vous propose de partager ensemble tout au long de cette semaine une méditation.

Chaque jour, quelques lignes personnelles …

 

et je vous invite à partager ensemble, si vous le souhaitez, en toute simplicité votre méditation autour des versets proposés. Ce sera un cadeau les uns pour les autres en ces jours où nous sommes privés de célébrer ensemble l’eucharistie …

 

N'hésitez pas à faire suivre si cela peut aider à la prière et à la communion !

 

Jean 4, 27-38

 

27 À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? » ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »

28 La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens :

29 « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? »

30 Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers lui.

31 Entre-temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. »

32 Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »

33 Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »

34 Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.

35 Ne dites-vous pas : “Encore quatre mois et ce sera la moisson” ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. Dès maintenant,

36 le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur.

37 Il est bien vrai, le dicton : “L’un sème, l’autre moissonne.”

38 Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucun effort ; d’autres ont fait l’effort, et vous en avez bénéficié. »

 

Méditation de Christophe :

1. Le tête à tête entre Jésus et la samaritaine va se terminer, puisque les disciples de Jésus "rentrent des courses". Ils sont surpris nous dit l'évangéliste Jean : ils sont surpris de le voir parler à une femme ! Mais personne n'ose rien lui dire, lui demander, comme : "Qui est-elle ?", "Tu la connais ?" ...

La femme, du coup, s'en va, elle laisse là sa cruche.

Dans la ville est s'adresse aux gens : « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? »

- Ce n'était sans doute pas recommandé, à l'époque, qu'un homme discute avec une femme, seuls, au bords d'un puits. Les disciples ne savent pas comment réagir, quoi dire. Peut-être parce qu'ils ne voulaient pas couper la conversation en cours. Peut-être aussi parce qu'ils étaient jaloux de la chance d'un tête à tête pour cette femme avec Jésus. Peut- être aussi parce que Jésus dépasse les bornes : il ne respecte pas les traditions, la "bienséance" ...

Jésus, nous le voyons tout au long des évangiles, ne s'encombre pas de "coutumes" et de "traditions" quand il s'agit d'annoncer la Bonne Nouvelle et de rencontrer une personne.

Demandons la grâce de savoir discerner dans nos vies ce qui doit être mieux hiérarchisé. Demandons la grâce du discernement "des occasions à ne pas rater à cause de nos "traditions" ...   

- La femme rentre au village en laissant sa cruche. L'objet (au sens propre et au sens figuré) de sa visite au puits n'a plus la première importance ! Maintenant elle est poussée par une force intérieure, une intuition : il faut aller raconter, il faut aller dire : « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? ». Grâce à elle, ils se mettent en route ... Je rends grâce pour les catéchistes qui ont été témoins du Christ pour moi. Je rends grâce pour tous les témoins qui m'ont mis en relation avec le Christ ...

 

2. Les disciples qui ont fait des efforts, qui ont tout préparé pour le repas, invitent Jésus à manger. Mais lui décline l'invitation. Il leur dit qu'il a de quoi manger ; une nourriture qu'eux ne connaissent pas ... ! Alors ils s'étonnent et pensent que quelqu'un lui a donné à manger.

- Tout comme la samaritaine dans la première partie de cette rencontre, les disciples ne comprennent pas ce que Jésus est entrain de leur dire, et ils répondent de manière décalée. Lui parle de la nourriture spirituelle ; eux parlent de la nourriture "repas" ...

Bien sûr Jésus a mangé durant sa vie terrestre (au mariage à Cana, chez Zachée, ...). Mais il a aussi dit que "l'homme ne vit pas seulement de pain" ...

Il parle de sa relation avec le Père sans doute, ... voilà sa nourriture la plus importante. Il dit : "Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre".

Demandons la grâce de cette union avec le Père, de cette communion !  

 

Les paroles d'un cantique :

"Que soit parfaite notre unité !" (Cliquez ici)

 

Refrain
Que soit parfaite notre unité,
Que soit parfaite note joie !
Ainsi le monde connaîtra les œuvres de Dieu,
Ainsi le monde connaîtra les œuvres de Dieu.

1
Comme le Père m´a envoyé,
A mon tour je vous envoie.
Je vous envoie dans le monde
Comme des brebis au milieu des loups.

2
Comme le Père qui est vivant m´a envoyé,
Et comme je vis par le Père,
Celui qui me mangera vivra, lui aussi, par moi !

3
Le serviteur est comme le maître,
L´envoyé comme celui qui l´envoie :
On m´a persécuté, vous serez persécutés ;
On a méprisé ma parole, on méprisera la vôtre.

4
L´Esprit que le Père enverra en mon nom
Vous enseignera toute chose ;
Il vous fera vous souvenir
De tout ce que je vous ai dit.

5
Je vous ai donné la Parole du Père,
Et le monde a de la haine pour vous,
Car vous n´êtes pas du monde,
Comme moi je ne suis pas du monde.

6
Recevoir celui que j´enverrai,
C´est me recevoir moi-même ;
Et me recevoir,
C´est recevoir celui qui m´a envoyé.

 

3. Jésus va alors prendre une image agricole ; il va utiliser une parabole pour faire réfléchir les disciples et les aider à grandir, à avancer. Il fait appelle à leur intelligence, à leurs connaissances. Des connaissances comme celles de savoir le temps qu'il faut jusqu'à une prochaine moisson. Et il les invite à faire la part des choses : Certes, il y a le travail des hommes et cela est nécessaire, mais tout est d'abord et premièrement don de Dieu. Si le blé est semé par l'homme en vue de la moisson, il est d'abord don de Dieu.

 Jésus invite donc à un état d'esprit : tout faire, tout réaliser dans l'action de grâce, dans la reconnaissance, dans la certitude que tout est donné par Dieu. Travailler ainsi, récolter ainsi c'est entrer dans une joie personnelle et faire la joie même de Dieu : "le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur".

- M'arrive-t-il de rendre grâce pour ce que j'ai ? pour la beauté du monde ? pour la création ?

- Dans la réflexion actuelle autour de la sauvegarde de la planète et l'invitation du pape François faite aux chrétiens, quelle est ma part ? Quelles sont mes actions ?

 

Une belle petite vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=yH9a9jA5Fus

 

4. Jésus termine avec cette phrase  : "Il est bien vrai, le dicton : “L’un sème, l’autre moissonne"

- C'est une expérience que nous avons peut-être déjà faite nous même, ... nous avons travaillé, organisé, proposé ... et d'autres "profitent" des fruits de ce travail. Qu'est-ce que cela me fait ? Et inversement, ai-je conscience qu'il m'est arrivé de "profiter" de ce d'autres ont semé ?

 

5. La dernière phrase est un peu énigmatique pour moi. Comment la comprenez-vous ? J'entends dans la bouche de Jésus : "Depuis des siècles les prophètes ont annoncé ma venue. Ils ont écouté mon Père. Aujourd'hui vous n'êtes que des "médiations", des "facilitateurs", des "clés" qui ouvrent des cœurs déjà plus ou moins préparés ...

- Comment est-ce que, au nom de mon baptême, j'envisage ma part pour travailler au Règne de Dieu ?

- Est-ce que je prie régulièrement pour les vocations ? Et si Dieu appelle chez moi, dans ma famille, suis-je disposé à laisser la liberté pour répondre à l'appel ?

- A ce stade de la méditation qu'ai-je envie de dire au Seigneur

 

Un très beau chant pour terminer cette méditation : "Nous bénissons ton nom" (PM GAMBARELLI /D.BARTHE)

http://documents.envoix.fr/200.207-1.mp3

 

A vous la parole :

Avez-vous envie de partager une phrase, une idée, une conviction, une intention de prières ?

 

Ce serait une manière de nous porter et un beau cadeau à l'heure de la privation ...

 

Christophe S

 

   
Documents à télécharger
Service Diocésain de l'Enseignement & de la Catéchèse / 15, rue des Écrivains - 67000 STRASBOURG / contact@ere-oca.com / mentions légales